Logique de poids

Ma collègue semblait déconcertée devant mon entêtement. Comment pouvais-je comprendre qu’une invitation à 20H30 signifie qu’il faut se présenter à 20H30 ? « Mais s’ils voulaient qu’on vienne à 20H30 ils nous auraient invité à 19H30. De toute façon, plus vous respectez l’heure, plus vous passez pour quantité négligeable ». Oui … logique ! J’ai renoncé à vouloir comprendre quand elle a commencé à me jeter des regards compatissants se demandant certainement si les années que j’ai passées en Europe n’ont pas achevé de corrompre ma logique.

Au supermarché, j’ai appris que la priorité répondait aussi à une logique  particulière : celle du poids du caddie. Plus vos achats sont légers moins vous êtes tenu de respecter la file. J’ai fait les frais d’une remarque déplaisante quand j’ai osé faire une réflexion « déplacée » à une personne. C’est vrai qu’elle s’était précipitée à la caisse ignorant superbement la longue file de personnes qui attendait. J’ai osé lui demander de respecter son tour. Elle me lança un regard courroucé, ne comprenant pas comment je pouvais manquer à ce point de discernement. « Mais je n’ai qu’une baguette » me lança-t-elle en cherchant l’appui de ceux-là mêmes qu’elle venait de bafouer. Chose extraordinaire…Cet appui lui a été accordé. Plusieurs personnes semblaient d’accord avec elle. Un monsieur me dit sur un ton conciliant : « Oh tu sais tout le monde finira par passer ». Ainsi j’étais devenu le fautif. En vérité quand j’ai bien réfléchi, j’ai trouvé que respecter la file juste pour acheter une baguette n’était pas vraiment logique !

C’est comme si on demandait à un poids lourd de laisser passer une petite voiture sous prétexte que la priorité est à la droite ! Un peu à l’image de ce qui se passe dans la société, certaines entreprises ont aussi leur propre logique. Le respect du temps y est sacré en fonction du poids du client ou de l’interlocuteur qu’elles ont en face d’elles. C’est ainsi que le directeur d’un cabinet de formation a longuement insisté sur la ponctualité et le respect des horaires pour la mission qu’il voulait me confier. « Vous savez, c’est une question de crédibilité » me dit-il, avant d’ajouter « et notre client est très important ». Le jour de la formation il m’a appelé à 7h00 du matin pour s’assurer que j’allais bien me présenter à l’heure. J’étais ravi de constater que la logique des invitations avec un horaire décalé ne soit pas vraiment la règle. Un an plus tard, j’étais toujours entrain d’attendre que le cabinet en question respecte son engagement et veuille bien me payer. L’assistante du directeur était étonnée de me voir insister. « Vous savez, on ne va pas vous voler (sic). Dans ce monde il faut faire confiance et être patient ». J’avais presque honte de ma précipitation. Après tout, ce n’était qu’un an de retard. Le comble c’est que l’assistante me fit cette confidence qui me montra la chance que j’avais de travailler avec eux : «  Vous savez, nous, on ne travaillera plus avec ceux qui nous mette la pression. ». Logique non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *