Quant aux mendiants…

Avez-vous déjà remarqué que les mendiants ont, par la force de la pratique, développé un sens aigu de la communication? Ils analysent leur «cible », déblayent le terrain pour chasser « les mauvais payeurs ». Ils s’avancent vers les voitures avec un art consommé d’analyse: êtes-vous seul dans votre voiture ? Quelle est sa  marque?  Quel est votre âge? Portez-vous des lunettes? Etc. Comme des abeilles qui butinent, ils passent d’une voiture à l’autre, sautent une voiture et s’arrêtent devant celle qui leur semble propice à leur quête. La personne  commence par refuser de donner, puis cède devant la lourde insistance du mendiant et tend une main charitable achetant à la fois des « hassanaates » et la paix.

J’étais l’autre jour dans un café et j’ai vu s’approcher un mendiant avec son chant lancinant et plaintif. J’ai instinctivement commencé à le dépouiller de toute légitimité de mendier. Je me préparais du coup à une confrontation qui me semblait inéluctable. Puis j’ai pensé que mes efforts pour le chasser resteraient certainement vains : il va insister. Cette idée me mit en colère. Puis, me rappelant ce verset du Coran : « quant au mendiant, ne le repousse pas avec violence»,  j’ai  replongé un peu apaisé dans mon journal. Quand il est arrivé à la table voisine, j’étais déjà entrain de  répéter la phrase, plutôt gentille, pour le repousser. Et puis…. Le choc ! Voila que toutes mes prévisions se révélèrent fausses. Le mendiant n’a pas daigné s’arrêter à ma table. Il avait choisi mon voisin de l’autre côté comme si je n’existais pas ou comme s’il avait deviné mes intentions. Je devais logiquement être soulagé ! Pensez-vous ! J’ai été offusqué. Pourquoi m’a-t-il sauté? Suis-je différent ? A-t-il senti ma révulsion ? N’ai-je pas l’air d’être généreux ? Le fait de ne pas être choisi m’a posé un problème existentiel.  C’est comme si j’avais été démasqué. Le mendiant était certainement un commercial averti. Je n’avais pour lui qu’un « Allah y jib ».

Je me suis juré d’envoyer la prochaine fois au mendiant quelques signes lui signifiant qu’il peut réellement compter sur ma générosité.  J’accomplirais ainsi une bonne action et je me convaincrai que je suis NORMAL.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *